Recherche
Zone de lecture

Pages d’histoire

Administration

Société civile

Accéder aux archives
« Décembre 2017  
Dim Lun Mar Mer Jeu Ven Sam
          1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30
31            

Présentation de la région du Cheliff

Aperçu géographique

Situation: Située à 1° Est par rapport au méridien de Greenwitch et à 36° de la latitude Nord. Chlef est à mi-chemin d’Oran et Alger (plus de 200 km), les deux grandes villes algériennes. Elle occupe une position clé et stratégique, au confluent du Cheliff et de l’Oued Tsighaout. Carrefour important Est-Ouest (Alger et Oran) et Nord-Sud (Ténès- Tissemsilt-Tiaret). Région de la partie occidentale du nord de l’Algérie centrale, limitée par la mer Méditerranéen au Nord, Tissemsilt au sud, Tipaza et Aïn Defla à l’Est et Relizane à l’Ouest. Elle s’étale sur une superficie de 4005 km2 et compte une population de 989 978 habitants en 2004 (dont 168 472 concentrés au chef-lieu). Disposant d’une bande côtière de plus de 120 kms. Gorgée de grandes richesses naturelles et de formidables potentialités agricoles.

Relief: Du point de vue du relief, elle comprend quatre régions naturelles diversifiées: les chaînes montagneuses du Dahra-Zaccar (de 700 à 1580m. d’altitude) au Nord et l’Ouarsenis au Sud (près de 2000 mètres d’altitude), la vallée du Chéliff au centre et une région côtière.

Climat: Située dans une cuvette séparée de la mer par les monts du Dahra. Malgré son climat sub-humide, Chlef est une des régions les plus chaudes d’Algérie. Pluviométrie moyenne de 420 mm/an. Important massif forestier (chêne liège, le chêne Vert et le Pin d'Alep).

Ebranlée à deux reprises, par deux importants tremblements de terre (09 septembre 1954 et 10 octobre 1980), Chlef demeure toujours ce comptoir commercial très fréquenté.

Traversée d’Est en Ouest par l’Oued Cheliff (dont le nom punique est Chinalph), le plus long d’Algérie, avec ces 700 kilomètres.

 

Aperçu historique

Capitale de la plaine du Cheliff, Orléansville puis El Asnam (les idoles), chef-lieu de wilaya depuis 1956. Arrondissement depuis juillet 1875. L’antique Castellum Tingitii (le château de Tingitius).Ville fortifiée des romains. Baptisée officiellement- Ech Cheliff- en vertu du décret n° 81-106 du 26 mai 1981. Depuis l’arrivée des arabes (l’historien El Bakri nous indique que c’est ville verdoyante), puis Orléansville à partir du 16 mai 1843 (en mémoire du duc d’Orléans, fils du roi de France Louis Philippe), Rebaptisée El Asnam en vertu de l’ordonnance n°63-421 du 28 octobre 1963. Promue au rang de commune de plein exercice par décret impérial du 31 décembre 1856 (elle fut le siège d’un commissariat civil à partir de novembre 1851 et de commune mixte du Cheliff dès 1888). Administrativement, la wilaya est divisée aujourd’hui en 13 daïras (arrondissements) et 35 communes.

I. - LA PÉRIODE PRÉHISTORIQUE

Dans la préhistoire, la région du Chéliff, fut habitée par l’homme et Il semble qu'à cette époque les terres étaient mieux irriguées qu'aujourd'hui et l’existence de denses massifs forestiers. Plusieurs peuplades païennes, intéressés par la fertilité des terres, se sont décidés pour s’installer dans cette région et surtout dans la partie Est de l’Ouarsenis.

II. - LA PÉRIODE PHÉNICIENNE

Avant l’arrivée même de l’envahisseur romain, au temps des Phéniciens, la région du Chéfiff était une région prospère et très convoitée. Les Phéniciens y ont installé rapidement plusieurs comptoirs : Iol (Cherchell), Gunugu (Gouraya), Cartennae (Ténès) pour échanger leurs fournitures artisanale avec les Berbères.

III- LA PÉRIODE PRÉ-ROMAINE

Dès que Les Carthaginois, se sont fixés à Carthage (région de Tunis), ils accordèrent une grande importance à cette région si fertile et installèrent le long de la côte plusieurs fortifications. Menés par l’infatigable Hannibal, ils livrèrent trois guerres puniques aux romains. La région du Chéliff fut mis à sac et détruite lors de la seconde guerre. Après l’échec d’Hannibal devant les armées de Scipion l’Africain, la région fut livrée mains ligotées à l’envahisseur romain. De puissants royaumes s'installèrent en Afrique du Nord : Les Massaesyles à l’ouest commandés par Syphas puis Bocchus et les Massyles à l’Est sous l’autorité de Massinissa puis Jugurtha. Plusieurs affrontements meurtriers se sont déroulés dans la région

IV- LA PÉRIODE ROMAINE

La politique romaine durant cette période, consistait à exercer leur autorité dans notre pays par le biais des rois berbères qu'ils avaient élevés à Rome. Juba II (fils du roi déchu Juba I, défait à Thapsus en 46 avant Jésus-Christ), fut désigné à Iol qu’il Baptisa Césarée (Cherchell). Elle devint vite la capitale de son royaume berbéro-romain dans la région du Chéliff. Juba II fut un véritable roi vassal des romains. Son successeur, son fils Ptolémée, n’eut qu’une autorité éphémère dans cette région, puisqu’il ne tarda pas à être décapité en 32 A.J.C par l’empereur Galigula. A partir de l’an 40 après Jésus-Christ, les Romains divisèrent l’Afrique du Nord en deux régions: - La Maurétanie Tingitane, qui allait du Maroc jusqu'au Sud des régions d'Orléansville (dont le nom romain fut Castellum Tingitii) et la Maurétanie Césarienne, qui comprenait les régions centrales et orientales de l'Afrique du Nord.

La région fut christianisée au temps de la décadence romaine. Une grande Basilique chrétienne (la plus importante de l’Afrique) fut édifiée en 324 de l’ère chrétienne à Castellum Tingitii par Saint Réparatus (mort en 473). Puis vint l’invasion vandale et ensuite l’époque Byzantine. Le christianisme gagna l’Ouarsenis.

V- CONQUETE ARABE :

La région fut islamisée par les généraux musulmans. Avec l’installation des différents royaumes berbéro-arabe, la région du Chéliff, sans cesse traversée par les troupes militaires des Zirides d’Achir ou plus tard par les Abdalwadides de Tlemcen, vécut de douloureux moments et fut la plus part du temps saccagée.

VI- PERIODE TURQUE :

Durant cette période, une moitie de la région du Chéliff dépendait du Beylik du Titteri (Médéa) et l’autre du Beylik de l’Ouest (Mazouna, Mascara puis Oran). De véritables combats se sont déroulés dans la plaine dés Chéliff entre les Zianides de Tlemcen et les armées turques qui se rendaient à l’ouest. Grâce au concours des habitants du Chéliff, enrôlés dans les rangs du Bey Mohamed El Kebir, expulsèrent en 1708 les Espagnols d’Oran. Le sultan du Maroc, fut même refoulé, après avoir essayé de s’emparer de l’Oranie. Plusieurs européens, furent massacrés au 19ème siècle en voulant s’ hasarder à s’approcher de la côte Chélifienne. L’affaire du Baunel en 1803 n’est que l’illustration.

VII- OCCUPATION FRANCAISE :

Depuis 1840, la région fut occupée par les troupes françaises. Miliana tombe dé le mois de juin après d’intenses combats. Ténès connaît le même sort en 1842 et El Asnam (qui deviendra Orléansville le 16 mai 1843) est occupée l’année suivante. Malgré les combats acharnés d’Oued Fodda en septembre 1842, la révolte de Boumaza en 1845, la région fut conquise par l’envahisseur français. Après une guerre féroce livrée aux troupes françaises à partir de 1956 lors de la guerre de libération nationale, la région fut délivrée définitivement en juillet 1962.

Depuis 1962, date de l’accession de l’Algérie à l’indépendance, la région connaît un important essor dans différents domaines. A juste titre, elle est considérée aujourd’hui comme un véritable comptoir commercial qui relie l’Algérie de l’Ouest à celle de l’Est.

lire plus · 6471 lectures

Publicité

Sondage






Documents Divers
Billet 5 f en 1942 (recto)
Billet 5 f en 1942 (recto)
Lettre du Dr. Bouguès
Lettre du Dr. Bouguès
La dépêche Algérienne
La dépêche Algérienne
 Récipissé de versement (1884)
Récipissé de versement (1884)
 


© Cheliff.org 2005
Site conçu et hébergé par l'équipe Delta-Soft
Chef de projet: M. Nadir Benhamouda
Historien et Ecrivain: M. Mohamed Tiab
Concepteurs Web: M. Abderahmane Teguia
M. Abdelaziz Belbachir